Personnalisation des liens politiques: approche comparative (CESSP-IRIS)

Coordinateurs

Jean-Louis BRIQUET, Directeur de recherche CNRS, CESSP ( (jean-louis.briquet@univ-paris1.fr)
Benoît de L’ESTOILE, Directeur de recherche CNRS, IRIS  (blestoile@gmail.com)

Partenaires: LabEx TEPSIS

L’agenda des évènement de l’atelier est disponible ici

 


La volonté d’explorer, dans une perspective comparative, du thème de la personnalisation des liens politiques part d’un double constat : d’une part, la multiplication et la diversification récentes de travaux qui abordent ce thème ; de l’autre, l’existence de cloisonnements, disciplinaires et nationaux, qui rendent certains de ces travaux mutuellement peu visibles.

En effet, les recherches portant sur les milieux politiques locaux et les formes territorialisées des sociabilités politiques, sur l’exercice concret du métier d’élu et les relations ordinaires que les hommes politiques nouent avec leurs électeurs comme avec leurs pairs, sur le poids des interactions contextualisées dans la production des votes, ou encore sur la politique informelle, ont replacé au centre de l’attention savante la question des liens politiques localisés et personnalisés[1]. Par-delà la diversité de leurs approches et de leurs méthodes, ces travaux abordent les façons dont les activités, les identités et les choix politiques s’adossent à des expériences ordinaires du monde social. Ils s’attachent ainsi aux processus par lesquels les relations et les échanges au sein de groupes d’appartenance (réseaux familiaux, amicaux ou religieux, milieux professionnels, espaces de sociabilités, etc.), les investissements pratiques de la vie quotidienne (accès aux ressources sociales et à l’information, réactions à des décisions publiques, réseaux d’échange) ainsi que les jugements moraux ordinaires (expressions de l’indignation, considération et estime de soi, attentes de reconnaissance, etc.) affectent les processus de politisation (mais également de dépolitisation, de désengagement et de discrédit de la politique et du personnel politique).

Les cadres d’analyse et les questions de recherche qui viennent d’être évoqués se retrouvent dans des recherches s’inscrivant dans plusieurs disciplines (sociologie, anthropologie, histoire) et, au sein de ces disciplines, dans diverses traditions d’analyse (sociologie électorale, sociologie des milieux partisans, anthropologie historique du politique, anthropologie des mondes populaires, ethnographie de la politique, etc.). Portant sur la France (sociohistoire, ethnographie des milieux politiques et des territoires), ou sur d’autres pays européens (pensons par exemple au regain d’intérêt en Italie pour l’étude des subcultures politiques territoriales), mais aussi sur des contextes extra-européens (notamment les nombreux travaux ethnographiques développés au Brésil dans le courant Antropologia da politica), ils sont susceptibles de nourrir la réflexion comparative sur les phénomènes et les pratiques politiques. Pourtant, ces échos et convergences sont trop souvent restés virtuels, ou limités à des dialogues inchoatifs, faute de la mise en place d’un cadre d’analyse comparatif permettant de tisser des liens entre des approches localisées. C’est ce que nous nous proposons de réaliser à travers le présent projet dans le cadre des ateliers de TEPSIS. Plusieurs étudiants de master et doctorants ont fait preuve d’un intérêt pour ces thématiques, ce qui nous pousse à proposer un atelier. Ce terme est à prendre au sens fort : il s’agit d’expérimenter et de développer de façon collective de nouvelles approches de ce domaine.

 

Une attention particulière est portée sur les relations politiques personnalisées : les interactions dans lesquelles les acteurs politiques sont directement impliqués avec leurs électeurs ; celles au sein des collectifs dans lesquels ils interviennent (organisations partisanes et militantes, réseaux de politiques publiques, etc.) ; celles enfin à l’intérieur des univers de proximité et connivence qui sont les leurs (l’entre-soi des mondes de la politique). Les travaux de Jean-Louis Briquet sur le clientélisme politique et les recompositions de la notabilité dans les sociétés politiques contemporaines comme ceux de Benoît de L’Estoile sur les relations de pouvoir internes aux communautés paysannes confrontées à la réforme agraire au Brésil, et sur leurs liens avec les hommes politiques locaux, les conduisent à explorer ce domaine, à confronter leurs travaux à ceux d’autres chercheurs qui se sont intéressés à ces questions, à la fois en France et à l’étranger, et à développer cette approche en dialogue avec de jeunes chercheurs français et étrangers.

Trois aspects:

  1. Les formes concrètes que prennent les relations politiques personnalisées, du point de leur configuration (réseaux d’interactions, formes et objets des échanges politiques), de leur articulation à des espaces sociaux non spécifiquement « politiques » (réseaux de sociabilité, milieux sociaux et professionnels) ainsi que des registres moraux, des ordres de jugement et des modes de justification que mobilisent les acteurs de ces relations.
  2. La question du dualisme entre les normes légales-bureaucratiques et celles qui gouvernent les interrelations personnelles, qui offre des perspectives d’un très grand intérêt pour une anthropologie de l’Etat envisagée à partir des aménagements, des arrangements et des compromis qui s’établissent entre les règles officielles censées régir son fonctionnement et les investissements pratiques et officieux dont il est le lieu.
  3. Celle enfin des tensions et des controverses que ce dualisme peut susciter, quand la dimension domestique des relations politiques personnalisées entre en conflit avec les normes civiques censées gouverner l’activité politique (scandales, dénonciations du clientélisme, débats autour des rhétoriques et des pratiques de la politique « de proximité », etc.).

Bibliographie indicative:

Agrikoliansky (E.), Heuraux (J.), Le Grignou (B.), dir.,Paris en campagne. Les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens, Bellecombe-en-Bauges, Editions du Croquant, 2011.

Antoine (A.), Mischi (J.), dir.,Sociabilité et politique en milieu rural, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

Bezerra, (M.-A.), Corrupção: um estudo sobre poder publico e relacões pessoais no Brasil, Relume-Dumara, 1995. [Corruption : une étude du pouvoir public et des relations personnelles au Brésil]

Bezerra, (M.-A.), Em nome das « bases ». Politica, favor e dependencia pessoal, Rio de Janeiro, R-Dumara, 1999. [au nom des « bases » : Politique, faveur et dépendance personnelle]

Bezerra, (M.-A.), « Représentation politique et ressources publiques. Pratiques et conceptions de la politique dans l’univers politique brésilien », Cahiers du Brésil contemporain, n° 73/74, 2009.

Braconnier (C.), Une autre sociologie du vote. Les électeurs dans leurs contextes : bilan critique et perspectives, Cergy-Pontoise, Laboratoire d’études politiques et juridiques de l’Université de Cergy-Pontoise-Lextenso éditions, 2010.

Braconnier (C.), Dormagen. (J.-Y.), La démocratie de l’abstention. Aux origines de la démobilisation électorale en milieu populaire. Paris, Gallimard, 2007.

Briquet (J.-L.), La tradition en mouvement. Clientélisme et politique en Corse, Paris, Belin, 1997.

Critique internationale, « Le politisation des individus », n° 50, 2011.

Hamidi (C.), « Eléments pour une approche interactionniste de la politisation. Engagement associatif et rapport au politique dans des associations locales issues de l’immigration », Revue française de science politique, vol. 56, n° 1, 2006.

Heredia (B.), Palmeira (M.), “O Voto como Adesão”, in Letícia Bicalho Canêdo, O Sufrágio Universal, São Paulo, ed. Estação Liberdade, 2005. [le vote comme engagement, traduction en cours dans la revue Genèses]

Jaoul, (N.), et Blom, (A.), «  The moral and affectual dimension of collective action in South Asia ». South Asia Multidisciplinary Academic Journal. 2008.

Le Gall (L.), Offerlé (M.), Ploux (F.), dir.,La politique sans en avoir l’air. Aspects de la politique informelle, XIXe-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

de L’Estoile, (B.), Mondes en interaction. Pratiques politiques, relations personnelles, descriptions savantes. Habilitation à diriger des recherches, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 2012.

Mischi (J.), Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

Monier (F.), La politique des plaintes. Clientélisme et demandes sociales dans le Vaucluse d’Edouard Daladier, Paris, La boutique de l’histoire, 2007.

Politix, « Le métier d’élu. Jeux de rôles », n° 28, 1994.

–, « Trajectoires de la notabilité », n° 65, 2004 et n° 67, 2004.

–, « Ancrages politiques », n° 84, 2008.

Rehany (N.), « Classes populaires et capital d’autochtonie », Regards sociologiques, n° 40, 2010.

Retière (J.-N.), « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, 63, 2003.

Sawicki (F.), Les réseaux du parti socialiste, Paris, Belin, 1997.

Trépied, B., Une mairie dans la France coloniale. Koné, Nouvelle-Calédonie, Paris, Karthala, collection Recherches Internationales, 2010.

Vannetzel (M.), « ‘Ils nous ont déjà essayés !’ Clientélisme et mobilisation électorale frériste en Egypte », Politique Africaine, 108, décembre 2007.

Zaki (L.), dir.,Terrains de campagne au Maroc. Les élections législatives de 2007, Paris, Karthala, 2009.

 

 

 

 

 

 

 

Agenda

Année 2016

Workshop avec Enrique Desmond Arias (George Mason University), « Organisations criminelles, acteurs politiques et ancrages locaux: discussion autour des échanges politiques en contexte s de violence »
Paris-I Panthéon-Sorbonne, le 21 juin


Année 2015

Workshop avec Nicole P. Marwell (City University of New York)
Sorbonne, Salle F 601, le 18 juin, 2015

Workshop avec Marcos Otavio Bezerra (anthropologue, professeur à l’Université fédérale Fluminense, Rio de Janeiro)
Hesam Université – 15 rue Soufflot 75005 Paris – Salle Le Goff, le 30 juin 2015


Année 2014

Workshop avec Gabriel Vommaro, sociologue (UNGS-CONICET, Argentine)
Sujet : Le clientélisme et le gouvernement de la pauvreté
Hesam Université – 15 rue Soufflot 75005 Paris – Salle Le Goff , le 10 octobre 2014