Edition critique française de « Mein Kampf »

CRH

En janvier 2016, soixante-dix ans après la mort de son auteur, Adolf Hitler, et en vertu de la législation internationale sur le copyright, Mein Kampf est tombé dans le domaine public. Chacun dès lors peut s’emparer du texte pour le publier, en ayant garde cependant qu’une telle publication, si elle n’offre pas de garantie, peut tomber sous le coup de la loi, celle en l’occurrence réprimant l’incitation à la haine raciale.

Le statut double de texte – source historique de première importance et violent brûlot antisémite – explique à n’en pas douter son destin dans l’après-guerre. Toute republication a été interdite en Allemagne, même si les exemplaires anciens du IIIe Reich pouvaient être vendus par les libraires d’occasion et si, plus récemment, Internet a permis la mise en circulation le texte, en un ou deux clics. Dans les pays où les droits avaient été cédés avant la guerre, l’exploitation de cet ouvrage s’est poursuivie. En France est ainsi légalement réimprimée et distribuée l’édition de 1934 des Editions Latines. Hors d’Europe, le livre a pu être traduit pour la première fois et rencontrer parfois un inquiétant succès, comme en Inde ou en Turquie. À l’exception d’une édition partielle en hébreu, diffusée par des canaux spécifiques, aucune entreprise d’édition critique n’a cependant été diligentée, jusqu’à récemment. Le fait est d’autant plus surprenant que tous les autres écrits de Hitler, du « second livre » jusqu’aux moindres lettres ont fait l’objet de publications diplomatiques, au plus grand bénéfice des historiens et des spécialistes des sciences sociales.

C’est en prévision de l’expiration du copyright que l’Institut für Zeitgeschichte s’est lancé, grâce à une très importante subvention publique, dans une édition critique monumentale parue en janvier dernier. L’Institut suivait en cela une tradition érudite d’un demi-siècle reconnue internationalement : n’avait-il pas par exemple publié, outre les écrits de Hitler, les 29 volumes du journal de Joseph Goebbels ? Dans la présente édition critique de Mein Kampf, les exigences de l’érudition allemande ont encore été renforcées : le texte originel de 700 pages se trouve complété par pas moins de 3 500 notes, offrant un volume total de 2 000 pages et pesant son poids de 6 kilos, en deux volumes.

Bien accueillie dans la sphère allemande, cette édition est remarquable à de multiples égards : précision de l’appareil critique et ampleur des références mobilisées, souci de conjuguer ce texte partiellement programmatique avec l’histoire du IIIe Reich, relevé des variantes sur les principales éditions, etc. Pour l’historien, l’aspect le plus remarquable est sans doute le soin avec lequel l’équipe de trois historiens, sous la direction de Christian Hartmann, a essayé de retrouver les sources directes ou plus éloignées des différentes propositions idéologiques de Mein Kampf : le texte est restitué avec une précision jamais atteinte jusque-là à son contexte textuel, celui de l’extrême droite allemande de l’immédiat après-guerre, mais aussi des mouvements idéologiques de plus longue ampleur qui ont façonné une certaine identité allemande. Cette édition critique constituera une référence pour les décennies qui viennent et contribuera à mieux faire comprendre un texte fondamental, mais de rude abord.

*

Depuis 2011, les éditions Fayard ont lancé un projet d’édition critique française avec le souhait de s’appuyer sur le travail de l’IfZ. Il n’est pas lieu ici de rappeler les différentes péripéties par lesquelles l’éditeur s’est retrouvé, en 2015, avec une traduction du texte de Hitler par Olivier Mannoni, mais sans porteur de projet, sans équipe constituée et sans accord avec l’IfZ. En raison de cet enlisement, la nouvelle direction des éditions Fayard a demandé en octobre 2015 à Florent Brayard, directeur de recherche au CNRS, membre du Centre de recherches historiques, spécialiste de l’histoire de la Shoah, de prendre la responsabilité de ce projet ambitieux et délicat.

A l’heure actuelle, le projet se trouve définitivement stabilisé.

Florent Brayard s’est assuré de la totale indépendance scientifique du projet. Il a la haute main sur la constitution de son équipe comme sur celle du comité scientifique. L’équipe a obtenu la possibilité de modifier, si nécessaire, la traduction pour qu’elle soit la plus exacte possible et au plus près le texte original. Elle ne se voit imposer aucun délai (même si 2018 ou 2019 pourrait constituer un objectif raisonnable), ni aucune contrainte en terme de volume pour l’appareil critique. La parution pourra le cas échéant être accompagnée par un second volume d’analyse historique, si cela est jugé opportun par le responsable du projet.

Il s’est vu ensuite confirmer le caractère non commercial de cette entreprise de publication portée par un éditeur généraliste. L’ensemble des bénéfices sera ainsi reversé à une institution reconnue, encore à déterminer, dont la vocation est de favoriser la transmission de la mémoire de la Shoah. Cette condition sera reprise dans le contrat liant l’éditeur à l’Institut für Zeitgeschichte. Si une co-édition avec un éditeur scientifique institutionnel est souhaitée aussi bien par Fayard que par le responsable de projet, elle semble malheureusement hors d’atteinte, au vu des premiers contacts, étant donné l’assise financière nécessitée par la publication d’un tel volume et le caractère controversé, suivant une certaine presse, du projet.

Florent Brayard a constitué, autour de cette édition critique, une équipe rassemblant les meilleurs spécialistes français de l’histoire du nazisme : Christian Ingrao, chercheur au CNRS et ancien directeur de l’IHTP, Stefan Martens, directeur adjoint de l’Institut historique allemand de Paris, Nicolas Patin, maître de conférences à l’Université de Bordeaux 3, David Gallo, docteur en histoire et ATER à l’Université de Lyon 2. L’équipe pourra être étoffée en fonction des besoins.

Par ailleurs, il a entamé des négociations directes avec le directeur de l’Institut für Zeitgeschichte, Andreas Wirsching. Celles-ci étaient complexes dans la mesure où l’IfZ avait décidé de ne pas arrêter sa politique de cession des droits avant la parution allemande. Plusieurs options étaient envisagées : une traduction intégrale des notes une adaptation de l’appareil critique, un refus de cession des droits sur l’appareil critique. À l’issue de la table ronde de présentation de l’édition allemande, à l’EHESS, le 16 mars dernier, Andreas Wirsching a communiqué la position finalement retenue par l’IfZ : une édition intégrale sera si possible mise en œuvre en anglais ; toutes les demandes de cession de droits seront refusées pour les autres langues, à l’exception de la version française, pour laquelle, qui plus est, est réservée la possibilité d’adapter l’appareil critique en fonction du lectorat français. Cette position est fort heureusement conforme à la demande formulée par la partie française. Cet accord doit être formalisé dans le cadre d’un contrat de cession entre Fayard et l’IfZ.

Florent Brayard a constitué un comité scientifique international chargé d’accompagner l’ensemble de l’entreprise, depuis la détermination des principes suivis par l’édition française jusqu’à l’évaluation du travail effectué. Ce comité scientifique mêle des spécialistes incontestables de Mein Kampf, de Hitler ou du nazisme et des historiens de la guerre ou de la persécution des juifs reconnus pour leur stature morale. Il comporte : Andreas Wirsching, directeur de l’IfZ et professeur à l’université de Munich ; Jörg Echternkamp, professeur à l’Université de Halle ; Othmar Plöckinger, le grand spécialiste de Mein Kampf et collaborateur de l’édition critique à l’IfZ ; Christian Hartmann, responsable de cette édition (sous réserve) ; Henry Rousso, directeur de recherche à IHTP ; Denis Peschanski, directeur de recherche au Centre d’histoire sociale du XXe siècle ; Renée Poznanski, professeur à l’Université Ben Gourion du Néguev, Beer-Sheva ; Daniel Blatman, professeur à l’Université hébraïque de Jérusalem ; Dan Michman, directeur de l’International Institute for Holocaust Research à Yad Vashem (en attente de confirmation).

Enfin, l’équipe s’est d’ores et déjà mise au travail. À la fin du mois d’avril, elle se sera déjà rassemblée une douzaine de fois pour des réunions de deux à cinq heures. Le travail de révision de la traduction d’Olivier Mannoni a été entamé, de même que la réflexion sur les principes d’adaptation et de complément de l’appareil critique allemand.

*

Le projet comporte quatre volets complémentaires.

Le premier vise à assurer un transfert de connaissances de l’Allemagne vers la France. La masse d’informations soigneusement rassemblée dans l’édition allemande de Mein Kampf au terme de plusieurs années de travail collectif constitue un apport fondamental que la communauté historique française ne saurait ignorer. Or on doit regretter vivement le fait que, jusqu’à récemment, le milieu historique français ait été si peu tourné vers la littérature scientifique allemande, même et y compris quand il prétend, par exemple, écrire l’histoire de la persécution des juifs. Qu’on songe à ces ouvrages français récents sur Auschwitz dont les auteurs ignorent l’allemand et, du même coup, les sources, les débats et les avancées que l’histoire de ce camp outre Rhin a mobilisés ou suscités au cours des deux dernières décennies. Sans doute, sortir de l’enfermement français où s’est complu une certaine histoire contemporaine passe par des actions volontaristes – ouverture à l’international, mobilité des chercheurs, etc. – qui se heurtent certes à de fortes résistances. Mais si l’on peut déplorer la persistance partielle d’un modèle ancien et disqualifié, il convient également d’en mesurer la réalité et de faire en sorte, en organisant un transfert raisonné de connaissances, que nos collègues et partant les médiateurs en charge de la vulgarisation de cette histoire auprès d’un public plus ou moins large ne se trouvent pas coupés de cette source fondamentale de savoir. Cette nécessité n’est pas moins grande, à l’évidence, concernant le public étudiant et le lectorat cultivé que l’histoire du IIIe Reich intéresse.

La nécessité d’un tel transfert s’impose ainsi sans conteste. Si l’équipe française accepte d’accompagner avec humilité ce transfert, son ambition, cependant, ne se limite pas à cela. Elle souhaite également produire un véritable gain intellectuel qui passera par deux biais. Le premier est celui de l’adaptation de l’appareil critique conçu par l’IfZ. Comme il a été dit, cet appareil critique est considérable : l’équipe en charge de l’édition a misé sur la surabondance pour être sûre de n’être jamais prise en défaut. Tout ce qui était commentable a été commenté. Qui plus est, les éditeurs ont systématiquement privilégié le principe de citations dans les notes en bas de page, pour opposer en quelque sorte aux mots de Hitler les mots de ses contemporains. Enfin, chaque information, y compris la moins déterminante, est dûment référencée. Cette volonté de complétude a mis en arrière-plan le souci de lisibilité. Le travail de l’équipe française consistera, en supprimant des notes parfois inutiles ou en réduisant celles qui sont trop détaillées, à rendre cette édition plus maniable et à faire en sorte que le lecteur puisse mieux hiérarchiser les informations de l’appareil critique. Mais l’équipe française souhaite également compléter l’appareil critique en ajoutant des notes sur des points que les éditeurs allemands n’ont pas forcément vus ou sur des questions sur lesquelles le public français attend une explication spécifique.

Enfin, et surtout, le parti pris adopté par les éditeurs allemands a consisté, une fois l’introduction générale passée, à laisser le lecteur se débrouiller avec ce texte complexe, multiforme et redondant, dont la piètre qualité de rédaction et, parfois, la confusion idéologique ont été si souvent soulignées. Dans la version française, il s’agira, à l’inverse, d’accompagner le lecteur en lui proposant de substantielles introductions pour chaque chapitre. Chaque introduction comprendra plusieurs sections : un résumé critique du chapitre, la mise en évidence des sources et influences sur lesquelles il s’appuie, les différents états textuels dont on dispose, les effets que Hitler souhaite provoquer chez son lecteur et les moyens – mensonge, omission, stylisation, etc. – utilisés pour y parvenir, et enfin la manière dont le contenu « programmatique » du chapitre s’est trouvé ou non mis en application pendant l’exercice du pouvoir. C’est dans ces introductions par chapitre, ainsi que dans l’introduction générale, que se trouvera le principal apport de notre lecture scrupuleuse de Mein Kampf.

L’équipe souhaite faire en sorte que ce travail de lecture et de réflexion autour d’une source complexe dont la nouvelle édition n’est pas sans susciter d’inquiétude se fasse de manière transparente, en lien constant avec le milieu scientifique. C’est la raison pour laquelle sera organisée, autour de l’entreprise française, une série de manifestations ouverte à la communauté scientifique.