Les usages publics du passé

Constitué en 2010 et reconnu comme Programme de Recherche interdisciplinaire de l’EHESS depuis 2013, l’atelier international TEPSIS « les usages publics du passé » fondé par Sabina Loriga est composé d’un vaste réseau d’historiens de différentes périodes, des spécialistes de différentes aires culturelles, des sociologues et des philosophes qui travaillent sur la multiplication de controverses publiques sur des objets d’histoire.

La diffusion de ses activité est disponible via son site web, hébergé par l’EHESS, qui s’appuie sur un réseau international de correspondants de façon à couvrir le maximum d’aires géographiques et d’espaces nationaux.

Il a notamment organisé une série de des journées d’études thématiques: « La question du trauma dans l’interprétation du passé » (2012), « Quels usages publics des Lumières ? » (2013), « Utopiser le monde » (2014), « Écritures de soi : lifewriting, autobiographie, mémoire » (2015), « Echos contemporains de la Première Guerre mondiale. Enjeux de frontières » (2015), « Retour sur la guerre d’Espagne. Mémoire et histoire » (2015).

Aujourd’hui, le réseau de chercheurs qui s’est tissé autour des publications du site ainsi que l’ensemble des activités qui ont été menées parallèlement (journées d’études, séminaires, etc.), a encouragé ses chercheurs à restructurer leurs publications autour d’une revue en ligne, appuyé par un comité scientifique et un comité éditorial.

Cette nouvelle revue sera accueillie par la plateforme d’échanges, de diffusion et d’expérimentation sur les sciences historiques et sociales du politique, Politika, au coeur du projet TEPSIS.

L’Atelier en est à sa 3e année de financement par le labex Tepsis. Plus de 80 articles ont été publiés. Le développement du projet en réseau international est amorcé notamment avec Buenos Aires. Ce réseau a dors et déjà établis des rapports privilégiés avec l’Université de Valencia (Pedro Ruiz Torres) et l’Université de Buenos Aires (Fernando Devoto). Une convention avec une université argentine et une université espagnole sera prochainement mise en place, alimentant un vaste réseau international de recherche.

 

Comité éditorial :

France: Marianne Amar (Musée nationale de l’histoire de l’immigration), Marc-Olivier Baruch (Crh-Ehess), Alban Bensa (Iris-Ehess), Stefano Bory (Iris-Ehess), Gaetano Ciarcia (Université Paul Valéry-Montpellier 3), Alain Delissen (Centre Corée-Ehess), Thomas Hirsch (Crh, Ehess), Sabina Loriga (Crh-Ehess), David Schreiber (Ens, Paris), Silvia Sebastiani (Crh-Ehess, Paris), Isabelle Thireau (Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine-Ehess), Isabelle Ullern (Faculté libre d’études politiques et en économie solidaire, Paris).

Argentine : Fernando Devoto (Université de Buenos Aires).

Espagne : Anaclet Pons (Université de Valence), Pedro Ruiz Torres (Université de Valence).