Situation et perspectives de la Syrie – Entretien avec Adam Baczko, sociologue des guerres civiles (3/3)

Gilles Dorronsoro, Adam Baczko et Arthur Quesnay sont partis en Syrie dans le cadre d’un contrat de préfiguration TEPSIS afin d’y étudier la phase initiale de la révolution syrienne dans le governorat d’Alep. Adam Baczko témoigne à travers trois entretiens publiés tout au long de la semaine de ce qu’il a observé sur le terrain.

Avez-vous constaté à la frontière un flux de migration important ?

La Syrie est en train de devenir la crise de réfugiés la plus importante de ces dernières années. On est en train d’atteindre le million de réfugiés sur la région. Les deux millions seront atteints en décembre. Et on peut s’attendre à des chiffres comme trois ou quatre millions si la guerre continue. A cela il faut rajouter les déplacements internes qui sont estimés par les Nations-Unies à 5 ou 6 millions et qui pourraient devenir plus nombreux. Ce qui veut dire que près de la moitié de la population syrienne est aujourd’hui déplacée ou réfugiée.
La Turquie ne laisse pas passer tout le monde, donc il y a des camps des deux côtés de la frontière. Ces personnes déplacées ou réfugiées font des allers-retours permanents vers leur famille, vers les gens qui sont restés à Alep. Il y a des personnes par exemple qui passent trois mois dans un camp de réfugiés et qui reviennent à Alep parce qu’ils pensent que la ville est sécurisée. Ou à l’inverse toutes les familles d’une rue d’Alep ont fui car un avion avait bombardé la rue où les enfants jouaient.
Il existe un autre flux beaucoup plus petit mais bien visible à la frontière. Ce sont les combattants étrangers. Aucun conflit dans le monde musulman n’a été l’objet d’un tel afflux dans les vingt-trente dernières années. Vous voyez très souvent ces gens avec une longue barbe et un sac-à-dos, portant toujours l’étiquette de l’aéroport, traverser la frontière.

Ces combattants vont rejoindre quel camp ?
Ce sont des personnes qui vont rejoindre les rebelles. Mais de plus en plus l’État Islamique en Irak et au Levant (EIIL), un mouvement issu d’Al-Qaïda, contrôle – non pas les postes frontières car les turques ne laisseraient jamais faire ça – mais les villes syriennes proches. Il en a pris le contrôle profitant de la faiblesse de l’Armée Libre. Ces étrangers sont donc directement pris en main par EIIL, qui est à 5 km de la frontière. Cela vous donne une idée de ce que pourrait devenir la Syrie d’ici quelques années si la situation devait continuer comme ça.

Donc certains combattants vont y faire une forme de Djihad ?
Oui. On en est à plusieurs milliers de combattants, les chiffres varient de 5 000 à 10 000. Les combattants étrangers ont commencé à venir très tôt. Il existe un esprit très différent entre les combattants qui sont venus dans les toutes premières années et ceux qui viennent aujourd’hui. Il y a beaucoup de Libyens, de Tunisiens et d’Égyptiens qui venaient avec un esprit de « révolution arabe » pour renverser Bachar al-Assad et qui se retrouvaient dans l’Armée Libre. Aujourd’hui les combattants étrangers font de plus en plus partie d’Al-Qaïda, ce qui n’était pas le cas il y a encore un an.

C’est une raison de plus pour que les états occidentaux s’impliquent dans le conflit ?
Absolument mais pour l’instant la question tétanise les États occidentaux plus qu’elle ne permet de construire une politique.

Avec l’épisode des armes chimiques, on s’est aperçu qu’une aide occidentale était impensable. Comment cela a-t-il été perçu par la rébellion ?
Comme un abandon. En temps que chercheur, cela avait déjà été le cas en Afghanistan, en Irak ou au Congo, et par la nationalité que l’on porte nous sommes perçus comme des ambassadeurs, des moyens de communication ou des boucs-émissaires. Les trois en même temps quelque part. Les gens nous parlaient en nous disant : « La France a aidé les Libyens et les Maliens mais elle ne nous aide pas. ». Avec des comparaisons qui parfois ne tenaient pas la route. La comparaison Mali/Syrie je l’ai entendu plusieurs fois. Ce sont des comparaisons faites très rapidement mais ce que l’on ressentait chez nos interlocuteurs était un reproche profond, un vrai ressentiment, celui d’avoir été abandonné par les Occidentaux. Au bout du compte, ils ont raison. Les occidentaux n’ont jamais donné les sommes qu’ils ont promises. L’Union européenne a promis 250 millions d’euros à l’insurrection. On parle d’une aide civile pas d’une aide militaire. Les Syriens ont été déçus par un certain nombre de choses. Sur l’affaire des armes chimiques, les Américains avaient annoncé qu’ils allaient bombarder. Leur rétractation a eu un effet dramatique en Syrie. Aujourd’hui l’insurrection se détache complètement de l’Occident. L’Occident a perdu de son poids, ce qui était très important notamment pour les militants libéraux car c’était une des raisons pour laquelle ils ont pu tenir. Les acteurs armés devaient faire attention à l’image qu’ils projetaient auprès de l’Occident. Or, aujourd’hui cela n’a plus aucun intérêt. Le vrai interlocuteur pour eux désormais, c’est l’Arabie Saoudite car eux donnent de l’argent.

Israël a effectué plusieurs tirs de missile sur la Syrie. Est ce qu’il y a un risque d’embrasement ?
Pas dans l’immédiat. Le véritable embrasement, il est en Irak et au Liban. La frontière irako-syrienne a sauté en pratique. Aujourd’hui, les acteurs passent de l’Irak à la Syrie sans entrave. C’est vrai chez les trois groupes qui sont entre les deux pays : les Kurdes de Syrie interagissent avec les Kurdes d’Irak, les Sunnites en Syrie avec les Sunnites en Irak, le régime Chiite avec le régime de Bachar al-Assad. Même chose au Liban ou les Sunnites interagissent avec les Sunnites en Syrie et le Hezbollah chiite avec le régime de Bachar el-Assad. Sachant que ces alliances sont des vraies constructions historiques. Elles n’étaient pas du tout vraies avant 2011. Pendant un très long moment Bachar al-Assad était un des ennemis du président irakien Maliki. Aujourd’hui, il se produit un alignement total des lignes de fracture Chiite/Sunnite d’un côté et Arabe/Kurde de l’autre qui promet une instabilité dans la région d’une ampleur impensable il y a 3 ans. Dans l’immédiat Israël n’est pas affecté. Les États-Unis ont construit leur politique étrangère autour de la question des armes chimiques notamment parce que c’est une condition centrale pour les Israëliens qui ont très peur que les armes chimiques  finissent dans de mauvaises mains. Cette politique à court terme a permis à Israël de s’assurer qu’aucune attaque chimique ne se produira contre lui. Par contre, à long terme, la région devient tellement instable qu’Israël en subiera les conséquences.

Avec votre expérience comment voyez-vous la situation évoluer ?
Cela dépendra beaucoup de ce que vont faire les pays occidentaux. L’Arabie Saoudite va accroitre son effort de guerre contre Bachar al-Assad de manière très intense. Al-Qaïda prend une importance de plus en plus forte au Nord ce qui était impensable il y a encore six mois. Avec Genève 2, les institutions de représentation à l’extérieur de la Syrie sont en train d’éclater avec pour conséquence un rapprochement entre Al-Qaïda et les brigades militaires, encore une fois, c’était impossible quand nous étions en Syrie, il y a six mois. Si la situation continue comme ça, vous vous retrouvez avec trois dangers. Premier danger : une crise longue – l’Afghanistan comme le Pakistan montrent que lorsque vous créez une crise de réfugiés qui dure, vous assurez la continuation d’un conflit et vous le rendez extrêmement difficile à résoudre. Deuxième danger : un conflit qui en plus pourrait aboutir à un véritable éclatement en Irak, à un retour de la guerre civile au Liban. Même en Turquie aujourd’hui vous avez des conséquences, dans le sud du pays. On voit donc très bien comment cette crise peut avoir des conséquences d’ampleur régionale. Et le troisième danger qui était inédit jusque-là c’est de voir un mouvement comme Al-Qaïda contrôler un territoire à la frontière d’un état de l’OTAN, à la frontière de l’Union européenne et à 11h de Paris, sans aucun contrôle entre les deux pour les citoyens européens. Ceci crée des risques d’attentats accrus dans des sociétés européennes de plus en plus fragiles dans leur rapport à leur population immigrée ou plus généralement aux musulmans.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *