La situation de la ville d’Alep – Entretien avec Adam Baczko, sociologue des guerres civiles (2/3)

Gilles Dorronsoro, Adam Baczko et Arthur Quesnay sont partis en Syrie dans le cadre d’un contrat de préfiguration TEPSIS afin d’y étudier la phase initiale de la révolution syrienne dans le governorat d’Alep. Adam Baczko témoigne à travers trois entretiens publiés tout au long de la semaine de ce qu’il a observé sur le terrain.

Quelles sont les principales difficultés rencontrées par les habitants d’Alep ?

Le premier problème c’est la continuation des bombardements. Alep est bombardée quotidiennement. Le régime a une stratégie systématique de bombardement des populations civiles, des écoles et des hôpitaux. Tous les hôpitaux à Alep sont des hôpitaux secrets. Les cours ne se tiennent plus dans les écoles mais dans des bâtiments cachés, parfois des mosquées ou des caves d’immeuble. Cette politique de bombardement a pour but d’empêcher toute reconstitution d’un ordre dans les zones rebelles. L’autre grand problème, c’est l’insécurité dans les villes liée aux combattants non mobilisés qui ne vont plus au front et se mettent à voler ou piller en l’absence d’une police. Il y a existe bien une police, mais elle n’a pas assez de moyens.

Comment les populations cohabitent avec plusieurs groupes armés différents ?
Ce qui est très impressionnant dans ces moments c’est que les gens s’adaptent à des situations qui sont complètement inédites pour eux. Les Syriens découvrent la guerre civile. Les individus retrouvent par certains réseaux de famille ou de solidarité des moyens d’avoir des contacts dans tel groupe armé ou telle institution civile qui va leur permettre à nouveau de recréer un peu de certitude dans l’incertitude de la guerre civile, de retrouver des moyens de savoir que s’ils font telle action auprès de telle personne ils obtiendront tel résultat. La difficulté des gens dans une guerre civile c’est de gérer l’incertitude. C’est un apprentissage souvent long et qui dépend beaucoup du capital social des individus. A cet égard, les liens et les réseaux qui se sont construits dans les manifestations de 2011 ont été très importants.

Vous avez pu constater l’émergence d’une nouvelle administration municipale. Comment s’est elle constituée ?
Elle est le résultat d’un double processus, par le bas et par le haut. Par le bas au sens où même quand le régime était encore présent, à la fin des manifestations, certains services étaient interdits aux manifestants. Les hôpitaux ne pouvaient pas accueillir les manifestants blessés par exemple. Donc des groupes de manifestants parmi les plus actifs ont créé des organisations informelles pour faciliter la fuite de quelqu’un, pour faciliter des soins, pour la distribution de pain… Quand le régime a évacué certaines zones devenues des zones rebelles, ces groupes sont devenus le noyau d’institutions plus larges, de conseils. On parlait de conseil civil, de conseil local, de conseil de ville. Les trois noms ont existé. Au départ c’étaient des institutions informelles qui avaient simplement l’idée de coordonner les différents problèmes pratiques qui se posaient tels que la remise en route de l’électricité. Tout doucement, ces conseils, en faisant ce travail, ont acquis une forme de compétence et de légitimité qu’ils n’avaient pas au départ et qui leur a permis d’être reconnus notamment par la population comme l’administration civile, comme les personnes que l’on va voir quand on doit faire enregistrer un mariage par exemple. Ce qui est par certains égards la meilleurs preuve de reconstruction d’une administration : les gens vont faire des papiers parce qu’ils pensent que ces papiers seront valides dans le futur.

Quelle est la portée de la légitimité de cette administration municipale ?
Il y a une vraie reconnaissance car ces administrations rendent de nombreux services. Le problème c’est qu’elles ont très peu de moyens. Cela fait deux mois par exemple que la municipalité d’Alep ne peut pas payer les salaires. On parle de sommes assez minimes d’un point de vue des budgets utilisés dans l’aide humanitaire. On est à 1 ou 2 millions par mois pour la municipalité d’Alep, ce qui représente des sommes de fonctionnement quotidien dans un camp de réfugiés. Si on aidait ce genre d’administration on se retrouverait avec une économie en réalité très forte des sommes que l’on est obligé d’investir sur la crise humanitaire qui a déjà coûté à la Turquie 1 milliard de dollars aujourd’hui.
Il y a une vraie difficulté à articuler, et c’est la deuxième partie du processus de reconstruction de ces institutions, les institutions syriennes plus politisées en dehors de la Syrie et ces institutions civiles qui se sont construites à Alep avec des problèmes très pratiques auxquels les grandes discussions au sein de la Coalition Nationale Syrienne ne répondent pas. Ce sont ainsi des acteurs qui ne trouvent plus de lien en dehors de la Syrie. L’administration, qui fonctionne très bien aujourd’hui, est menacée du fait qu’elle se retrouve complètement isolée.

Si cette administration recevait une aide extérieure, ce serait une preuve d’engagement ?
C’est tout le problème et un paradoxe de l’aide internationale. On considère que donner de l’aide à une ONG qui se base toujours sur un réseau spécifique, souvent basé sur tel lien familial ou communautaire, c’est humanitaire et non politique. Mais une institution qui est reconnue localement comme l’administration est considérée comme un acteur politique, un acteur partisan. Or ici l’administration est à prendre au sens d’un proto-État, un fournisseur de services pour la population. Vous avez ici l’une des grandes contradictions de notre rapport à la crise syrienne. On la voit uniquement comme une crise humanitaire, donc il faut donner de l’aide, et pas comme une crise politique, c’est à dire la question de la reconstruction d’institutions. Mais la reconstruction d’institutions exige des ressources. Vous ne pouvez pas créer un système d’impôts aujourd’hui à Alep, c’est impensable. Mais par contre vous avez la capacité de reconstruire un service public. Vous ne pouvez pas reconstruire un État au sens de Charles Tilly où l’État extorque de l’argent pour remplir des services. Mais par contre vous pouvez commencer à construire l’État par les services avec dans l’idée qu’au moment où vous aurez une stabilisation, vous pourrez reconstruire une base fiscale. C’est quelque chose qui est impensée aujourd’hui parce que dans la tête des organismes notamment humanitaires, la municipalité d’Alep est un acteur politique, partisan, un acteur de la guerre. Certains acteurs la reconnaissent, comme l’Union européenne ou les agences françaises liées au Ministère des affaires étrangères. Ils souhaiteraient mieux soutenir la municipalité d’Alep, mais là, c’est un problème de canaux car ils n’arrivent pas à se coordonner.

Le régime est opposé à cette municipalité ?
Bien sûr, c’est un organisme concurrent. Ce qui est fascinant et étonnant, c’est que sur des problèmes concrets, la mairie d’Alep fidèle au régime est obligée de se coordonner avec la mairie favorable aux rebelles. L’un des problèmes typique, c’est l’électricité. Le réseau électrique n’a jamais été conçu pour une ville coupée en deux et donc si vous coupez l’électricité dans une zone vous la coupez pour toute la ville. Il y a donc tout intérêt à ce que ces deux entités se coordonnent. La mairie d’Alep fidèle au régime avait les ingénieurs et celle favorable aux rebelles l’accès aux transformateurs. Il y a eu une coordination dont personne ne voulait parler pour remettre en état les transformateurs, ce qui était de l’intérêt de tout le monde. Cela a d’ailleurs été le moment d’un jeu de communication. Le régime a commencé en tentant de couper l’électricité uniquement dans les zones rebelles mais les rebelles ont répondu en coupant à leur tour l’électricité dans les zones tenues par le régime. Quand les deux acteurs ont reconnu que soit tout le monde avait l’électricité soit personne, ils se sont mis d’accord pour reconstruire un réseau électrique minimal.

Est ce que cette administration à elle seule peut endiguer la montée les islamistes de l’Emirat Islamique d’Iraq et du Levant (EIIL) ?
Non, l’administration pose la question de la reconstruction de l’État dans son rôle de service public. La montée d’EIIL pose la question du monopole de la violence au sein de l’insurrection. Bien sûr, les deux questions sont complémentaires. Mais les institutions ne sont pas une armée. Elles sont centrales pour assurer une stabilité et une forme d’ordre dans les zones rebelles. Elles ne peuvent remplacer l’Armée syrienne libre qui est aujourd’hui déclinante du fait de l’absence d’aide. Rien ne pourra endiguer EIIL à l’exception soit d’une armée coordonnée, ce qui ne se dessine pas au Nord de la Syrie, ou, et c’est là la meilleure politique de coordination à mon sens avec les institutions civiles, soit de la construction d’une police forte. La difficulté c’est que lorsque vous soutenez un groupe militaire vous créez des peurs parmi les autres groupes militaires, vous créez de l’inquiétude entre les différentes brigades. À l’inverse l’avantage d’une police c’est qu’il s’agit un acteur qui est en dehors de la guerre civile, qui porte un uniforme différent, qui a un rôle différent, qui assure la sécurité dans les villes, qui s’assure que la route menant vers la frontière turque est sécurisée. Et cette route est une priorité aujourd’hui car il y a des barrages d’EIIL. Aux dernières nouvelles, cinq en octobre. C’est à dire que plus aucun occidental ne passe, il est impossible de retourner en Syrie aujourd’hui. Nous ne pourrions pas refaire en octobre ou novembre ce que nous avons fait en août. Une police aurait l’intérêt immédiat de rouvrir cette route.

Troisième entretien sur la situation et les perspectives du conflit publié jeudi .


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *