Entretien avec Françoise Daucé : l’opposition en Russie (2/2)

Capture d’écran 2013-11-13 à 16.58.23

Françoise Daucé est maître de conférence à l’Université Blaise-Pascal, chercheur au CHEC, membre junior de l’IUF et chercheur associé au CERCEC. Elle est l’auteur de l’ouvrage Une paradoxale oppression : Le pouvoir et les associations en Russie (CNRS Editions, 2013). A ce titre, Françoise Daucé interviendra vendredi 22 novembre dans la conférence du cycle des Agendas du Politique : « Une Russie en opposition ? ». En préambule à celle-ci, elle a répondu aux questions de TEPSIS. Ci-dessous la suite de l’entretien publié précédemment.


Quand un Président ou un Premier ministre français se déplace en Russie, la question des droits de l’homme est abordée avec son homologue. Pensez-vous qu’un dialogue est réellement engagé dans ce sens ?

La question des droits de l’homme en Russie revient en permanence dans le discours diplomatique mais elle a peu d’application concrète. On voit bien que les voyages des Présidents ou des Premiers ministres à Moscou aboutissent à peu de résultat sur la question des Droits de l’homme car l’enjeu économique, pour l’instant, reste dominant. La question des exportations d’énergie de la Russie vers l’Europe est évidemment très importante. Il ne faut peut-être pas trop attendre des interventions politiques. Ce qui est peut-être plus fructueux, c’est de réfléchir au soutien aux associations russes par les associations philanthropiques étrangères. Sachant aussi qu’actuellement la question du soutien aux associations russes est très sensible puisque celles qui reçoivent un soutien international sont suspectées d’être des « agents de l’étranger ». La question est vraiment très sensible. On a vu des militants associatifs stigmatisés dans les médias russes parce qu’ils s’étaient rendus à des réunions à l’ambassade américaine. Le soutien public aux associations russes peut aussi les mettre en péril.

Dans le concert international, quel est le poids diplomatique de la France face à la Russie ?
C’est difficile de répondre à cette question globalement car il vaut mieux prendre des dossiers assez précis. Actuellement, c’est celui de la Syrie qui pose problème dans les relations avec la Russie. La France a plutôt été à l’avant-garde avec les menaces d’intervention militaire aux côtés des Etats-Unis qui ont suscité le mécontentement russe. La position de la France est quand même assez spécifique car on l’a vu se positionner contre la Russie plus nettement que d’autres pays européens. Les liens économiques avec la France sont sans doute moins forts qu’avec d’autres pays comme l’Allemagne. Sans revenir sur l’histoire entre la Russie et la France, les liens particuliers entre les deux pays sont plutôt des liens culturels et symboliques.

On a observé ces derniers mois une montée du nationalisme et de l’homophobie à travers différents incidents, est-ce un moyen pour Vladimir Poutine de rassembler l’opinion ?
Cette question de la montée du nationalisme et du retour au patriotisme remonte au début des années 2000. Il est à comprendre comme une réaction aux difficultés rencontrées par la Russie dans les années 1990. Le passage de l’URSS à la Russie post-soviétique a été extrêmement brutal et a suscité des difficultés sociales très fortes pour la population. Les problèmes posés par le passage au marché et les dérives politiques de Boris Eltsine ont conduit à un discrédit à la fois des pratiques marchandes et des pratiques démocratiques. Vladimir Poutine en arrivant au pouvoir a beaucoup joué sur la critique des années 1990, sur la dénonciation du modèle libéral démocratique ayant amené au chaos de cette décennie pour réaffirmer une voie russe spécifique, une voie patriotique. C’est d’une certaine façon le fondement du discours de Vladimir Poutine qui se légitime en opposition à Boris Eltsine. Ce choix, ce discours politique dominant, a favorisé le développement de mouvements sociaux, d’associations et de mobilisations nationalistes plus ou moins liés au régime avec par exemple des mouvements comme La Jeune Garde ou les Nôtres (Nachi) qui véhiculent cette idéologie patriotique défendue par Vladimir Poutine. On a vu également se développer des mouvements radicaux violents d’extrême-droite, voire fascisant, là aussi plus ou moins instrumentalisés par le pouvoir qui ont conduit à une augmentation des agressions racistes notamment dans les grandes villes russes depuis le milieu des années 2000. L’association SOVA recense toutes ces agressions et constate leur augmentation depuis plusieurs années. La mouvance nationaliste est extrêmement diverse puisqu’elle regroupe des mouvements qui vont du centre à l’extrême-droite. Le pouvoir a des relations très ambigües avec ces différents mouvements. On constante la prégnance de ces mouvements nationalistes dans la société russe à l’occasion d’affrontements interethniques qui ont eu lieu dans plusieurs villes de Russie ces derniers mois. Il y a eu des émeutes anti-caucasiennes dans le sud de la Russie cet été et plus récemment à Moscou. Au mois d’octobre, le meurtre d’un jeune homme par, a priori, quelqu’un d’origine étrangère a conduit à des manifestations violentes contre les migrants. Ce qui était notable dans ce conflit social, c’est que les manifestants soutenus par les nationalistes se sont attaqués à un centre commercial et à un marché aux fruits et aux légumes où travaillaient des migrants avec l’idée qu’ils devaient les arrêter et rendre la justice eux-mêmes. Il y a donc aussi l’idée que l’Etat russe est défaillant sur la question de l’immigration, que la population ne peut pas faire confiance ni aux forces de l’ordre, ni à la justice et que c’est donc à la population de faire la justice et d’arrêter les personnes qu’elle soupçonne. Ces manifestations nationalistes montrent la défiance d’une partie de la société à l’égard du pouvoir russe à l’heure actuelle. Ces mouvements nationalistes ne sont donc pas toujours soutenus par le pouvoir, ils se développent aussi en opposition au pouvoir.

Aleksei Navalny, ex-candidat d’opposition à la mairie de Moscou, a été inculpé pour escroquerie et blanchiment d’argent. Il nie les accusations. Quel est votre regard sur cette affaire ?
Aleksei Navalny est une figure très importante actuellement dans la vie politique russe. C’est cependant un personnage ambigu à plusieurs titres. Aleksei Navalny a commencé sa carrière publique comme homme politique dans le parti libéral et démocratique Iabloko où il a milité étant jeune et dont il a été exclu pour ses positions nationalistes. Il a ensuite développé des positions assez nationalistes voire xénophobes dans l’espace politique russe et flirte volontiers avec un certain nombre de mouvements nationalistes assez forts en Russie. Il s’est ensuite fait connaître par son activité de blogueur, par les sites internet qu’il a mis en place pour dénoncer la corruption du gouvernement russe. Ceci l’a conduit à rejoindre les forces d’opposition et même les mouvements écologiques puisqu’il a participé à la lutte pour la protection de la forêt de Khimki en banlieue de Moscou suite au projet d’autoroute reliant la capitale à Saint-Pétersbourg. On peut ainsi dire qu’il couvre à lui seul presque l’ensemble de l’échiquier politique russe !
C’est quelqu’un de très charismatique qui sait très bien utiliser les médias et qui s’est donc imposé comme l’un des leaders au moment des manifestations contre la falsification des élections. C’est aussi quelqu’un qui défend une vision extrêmement personnalisée de la vie politique et des conceptions très volontaristes de l’action politique, qui sont d’une certaine façon assez proches de ce que l’on observe chez le pouvoir en place.

Après la réélection de Vladimir Poutine, plusieurs affaires judiciaires ont été organisées contre lui. La principale, c’est cette affaire de détournement de fonds dans la région de Kirov autour de l’exploitation de bois et dont on peut penser qu’il s’agit d’une affaire montée de toute pièce. Il a été condamné en première instance par le tribunal au début de l’été, ce qui a pesé comme une épée de Damoclès durant sa campagne pour les élections municipales à Moscou qui avaient lieu début septembre. Il a cependant pu faire campagne, sa candidature a été permise parce que les autorités municipales de Moscou l’ont autorisé à participer. Il a réalisé un bon score, autour de 25% ce qui est très important pour l’élection à la mairie de Moscou. En appel, sa peine a été commuée en sursis. Il reste en liberté mais sous contrôle judiciaire et est désormais inéligible jusqu’en 2018. Cette imbrication des enjeux judiciaires et politiques autour de la figure d’Aleksei Navalny montre que c’est un personnage politique dont le pouvoir se préoccupe en essayant visiblement de le contrôler par les affaires judiciaires et en lui laissant une marge de manœuvre avec l’idée que probablement l’inculpation ou l’emprisonnement de Navalny susciterait des protestations sociales trop fortes qui risqueraient de mettre en difficulté le régime.

Donc en Occident il ne faudrait pas l’ériger en héros de l’opposition anti-Poutine ?
C’est un petit peu la tendance parce que l’on cherche des figures de l’opposition en Russie sur lequel s’appuyer. La figure qui s’impose le plus naturellement et notamment dans le champ médiatique, c’est celle d’Aleksei Navalny. Mais il faut être assez prudent sur le personnage. Son programme, qu’il a présenté pour la mairie de Moscou, était vraiment un programme de stigmatisation des migrants, d’affirmation nationaliste qui pose des questions sur les perspectives qu’il incarne pour la Russie.

Comment et par qui sont exploités les réseaux sociaux en Russie ?
On observe en Russie un développement très important d’Internet depuis quelques années avec une population qui est très majoritairement équipée. On est proche de 75 % de taux d’accès à Internet donc cela concerne quasiment l’ensemble du pays. L’Internet russe est assez semblable à l’Internet occidental puisqu’on y trouve les mêmes logiciels, sites, serveurs. On a donc vu se développer les réseaux sociaux avec d’un côté Facebook et de l’autre la mise en place d’un réseau social spécifiquement russe VKontakte. Si l’on en fait une sociologie très rapide, le réseau russe est plutôt utilisé par les cercles conservateurs ou nationalistes et Facebook plutôt par les mouvements libéraux plus ouverts sur l’Occident. Il y a donc deux réseaux en concurrence et qui se sont développés de manière très significatives ces dernières années en servant de relais pour les mobilisations en faveur ou contre le pouvoir. Lors des manifestations de l’hiver 2011-2012, cela a contribué probablement à la diffusion de l’information sur les manifestions et à la participation assez massive des moscovites. C’est donc un outil de mobilisation face au pouvoir qui peut être utilisé aussi bien par les libéraux que par les mouvements nationalistes. Le contre point, c’est que les réseaux sociaux sont aussi des outils de contrôle de la population. C’est un débat qui est complètement d’actualité en Europe avec les écoutes de la NSA mais qui se pose aussi en Russie. Les réseaux sociaux sont utilisés par les services de sécurité russes pour connaître l’activité des opposants sur la toile. Le pouvoir russe est très au fait des évolutions technologiques, il s’y intéresse beaucoup. La grande publicité qui est offerte par Internet aux mouvements sociaux est aussi une grande publicité utile aux services de sécurité. On sait également qu’un certain nombre de services administratifs russes recrutent de jeunes blogueurs pour animer les réseaux sociaux en faveur du pouvoir. Il y a donc cette double utilisation qui fait que pour l’instant l’Internet russe reste relativement libre. On n’est pas du tout dans le contexte chinois, les communications sur Internet restent très libres avec cette limite qu’il s’agit aussi d’un outil de contrôle pour le pouvoir.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *