Entretien avec Françoise Daucé : l’opposition en Russie (1/2)

Françoise Daucé est maître de conférence à l’Université Blaise-Pascal, chercheur au CHEC, membre junior de l’IUF et chercheur associé au CERCEC. Elle est l’auteur de l’ouvrage Une paradoxale oppression : Le pouvoir et les associations en Russie (CNRS Editions, 2013). A ce titre, Françoise Daucé interviendra vendredi 22 novembre dans la conférence du cycle des Agendas du Politique : « Une Russie en opposition ? ». En préambule à celle-ci, elle a répondu aux questions de TEPSIS.

Qui représente la véritable opposition en Russie ?
L’opposition politique en Russie est mise à mal depuis l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en 2000 avec la construction du parti du pouvoir Russie Unie et la marginalisation des partis politiques libéraux et démocrates  qui ne sont plus représentés au parlement depuis les élections législatives de 2003. L’opposition s’incarne donc dans des mouvements informels, des engagements associatifs ou des mobilisations locales. Ces mouvements se sont développés à partir de 2005, lorsqu’ont eu lieu les manifestations contre la monétisation des avantages sociaux. Dans le sillage de cette mobilisation, des mouvements sociaux locaux assez limités se sont développés dans le pays et jouent d’une certaine façon ce rôle de contre-pouvoir face au gouvernement russe. On a pu voir la convergence de ces mouvements à l’hiver 2011/2012 au moment des grandes manifestations contre la falsification des élections.

Comment la société russe perçoit-elle les symboles d’opposition que nous médiatisons en France comme les FEMEN ou les Pussy Riot ?
Ces mouvements d’opposition comme les FEMEN ou surtout les Pussy Riots ont été bien médiatisés en Russie sur les réseaux d’information alternatifs (réseaux sociaux, sites Internet) et sont donc connus mais de cercles assez urbains et libéraux, c’est à dire d’un public intellectuel. Sur les Pussy Riot, par exemple, la mobilisation s’est vraiment développée sur les réseaux sociaux et sur des sites internet d’information liés à l’opposition. Par contre, cette question des Pussy Riot ou des FEMEN a été assez peu traitée par les médias officiels et donc est peu médiatisée sur l’ensemble du territoire russe auprès des personnes qui n’ont accès qu’aux médias officiels et à la télévision.

Est-ce parce qu’elles ont touché à des symboles religieux alors que la société russe est réputée très religieuse que la répression à l’égard des Pussy Riot a été aussi forte ?
Est-ce que la société russe est très religieuse déjà ? C’est une question car quand on regarde les pratiques réelles des gens, il n’est pas certain que la pratique religieuse soit plus importante que dans d’autres sociétés contemporaines. La fréquentation des églises est surtout importante au moment des grandes fêtes religieuses mais la pratique régulière est plus limitée. La question religieuse est surtout beaucoup instrumentalisée par le pouvoir depuis les années 1990. Ce phénomène s’est renforcé avec Vladimir Poutine qui a tissé des liens forts entre le Patriarcat et le pouvoir. Sachant qu’il renoue ainsi le lien entre les autorités ecclésiastiques et le pouvoir politique qui remonte à la Russie impériale d’avant la révolution de 1917. En touchant la question religieuse, les Pussy Riot ont en fait ciblé le pouvoir politique. D’où cette réaction extrêmement vigoureuse des autorités. Les Pussy Riot ont été accusées d’avoir commis un blasphème, mais c’est surtout un blasphème à l’égard du pouvoir politique et de Vladimir Poutine.

Les partis d’opposition ont-ils profité de la réforme du droit électoral de 2012 ?
Après les grandes manifestations contre la falsification des élections, le pouvoir a promis d’ouvrir le champ politique en adoptant une nouvelle loi qui rend plus facile l’enregistrement des partis en abaissant les seuils du nombre de militants nécessaires. Pour l’instant on n’a pas vu d’effets réels de cette loi. Actuellement en Russie, il est difficile de créer et de développer un parti politique indépendant du pouvoir. Les groupes qui auraient pu s’emparer de cette nouvelle loi, c’est-à-dire ceux qui ont manifesté à l’hiver 2011-2012, ne l’ont pas fait car il y a énormément de dissensions entre eux. Le mouvement qui a manifesté contre la falsification électorale était un mouvement extrêmement hétérogène alliant des représentants de la gauche, de l’extrême-gauche, des libéraux, des démocrates et des nationalistes. D’ailleurs ce mouvement a essayé de monter un Conseil de coordination de l’opposition qui est actuellement en train de se décomposer. Il y a une extrême dispersion de l’opposition politique en Russie qui est liée à l’histoire des partis politiques depuis 20 ans. Les partis d’opposition ont été progressivement laminés par le pouvoir. Il y a aussi dans la société une méfiance à l’égard de l’engagement dans les partis politiques et dans la lutte électorale.

Peut-on néanmoins considérer que c’est une vraie loi ou une loi d’apparence ?
Ce qui compte, ce n’est peut-être pas tant la loi que la pratique. Or, en matière d’élections, on assiste depuis 2012 à des changements encore marginaux mais significatifs. Ainsi, à Ekaterinbourg, capital de l’Oural, un candidat de l’opposition a été élu à la mairie. Dans le même esprit, Aleksei Navalny, à Moscou, a finalement pu participer aux élections. On voit donc des ouvertures limitées en direction de candidats de l’opposition, mais ce sont des candidats hors du système des partis et qui se revendiquent plutôt de la société civile.

Quelles sont les marges de manœuvre des contre-pouvoirs comme la presse ou les associations ?
Dans ce domaine, la situation est plus complexe qu’on ne le dit. On présente souvent le pouvoir russe comme un pouvoir autoritaire qui domine d’en haut à la fois la société et la presse. Quand on analyse les choses en détail, on constate qu’il existe en Russie énormément d’associations enregistrées et indépendantes du pouvoir. Prenez les plus importantes Memorial, le Groupe Helsinki de Moscou, l’Union des Comités de Mères de Soldats… continuent de travailler en Russie même si elles le font dans des conditions difficiles. De même dans la presse où il y a aussi des titres qui sont relativement indépendants du pouvoir. Quelques-uns, peu nombreux, dans la presse écrite et la radio et maintenant des sites internet. Par exemple, il y a une nouvelle télévision Dojd, qui est extrêmement critique envers le pouvoir. Donc l’espace de l’opposition, des médias et des associations est quand même beaucoup plus diversifié que ce que l’on dit habituellement. Ce qui est complexe, c’est que le gouvernement russe contraint la presse et les associations par des biais divers et notamment par le biais économique. On le voit très clairement avec les médias. Les entreprises de presse sont dépendantes de la publicité ou des investisseurs privés. Le pouvoir intervient donc sur le marché de la publicité ou fait pression sur les investisseurs privés pour contraindre les titres d’opposition. On voit bien que ces problématiques économiques ne sont pas réellement spécifiques à la Russie mais dans le cas russe elles peuvent être instrumentalisées par le pouvoir.
C’est un peu la même chose dans le domaine associatif où l’on a des associations qui fonctionnent mais dans des conditions économiques de plus en plus dures. La loi sur les agents de l’étranger, dont on a beaucoup parlé dans la presse occidentale, contraint les associations à renoncer à leurs financements étrangers. Dans le même temps, l’Etat russe offre maintenant des subventions aux associations russes. Il y a une forme de substitution des financements qui induit aussi des formes de contraintes nouvelles sur les associations. Ce sont des modes de dominations sur la presse et sur les associations qui sont assez complexes et articulées autour des questions économiques et financières.

L’attribution de grands événements planétaires comme les Jeux olympiques peut-elle servir une ouverture de la Russie ?
La question des grands événements très médiatisés au plan international est un enjeu politique important. Les questions des droits de l’homme, des associations LGBT, des droits des minorités du Caucase – les JO se déroulant à Sotchi – sont effectivement posées à l’occasion des JO de cet hiver. D’une certaine façon cela oblige le gouvernement russe à répondre à des questions qui sont posées par les médias internationaux. Quand on parle avec les associations de défense des droits de l’homme en Russie, elles considèrent aussi que l’organisation des JO les protège en partie. Dans la perspective des JO, le pouvoir russe ne peut pas aller trop loin dans la répression au risque de mettre en cause les JO eux-mêmes. Ce que craignent les associations, c’est qu’une fois les JO terminés, la répression se durcisse. Donc les JO peuvent d’une façon temporaire alléger les contraintes du pouvoir sur la société. Mais ce serait assez illusoire de penser que les JO en eux-mêmes vont conduire à une réforme du régime en Russie.

Dans ce cas la question d’un boycott est toujours posée, qu’en pensez-vous ?
D’un point de vue militant, et c’est ce que demandent les associations russes de défense des droits de l’homme, le boycott des JO par les athlètes occidentaux est souhaitable. D’un point de vue pragmatique ou rationnel, qui est souvent celui adopté par les Etats occidentaux avec la Russie, la question du boycott est très difficile à assumer car derrière il y a tout le poids des relations économiques et diplomatiques. La question du boycott reste donc très marginale dans les cercles officiels.

Suite et fin de l’entretien vendredi où seront abordées les relations diplomatiques avec la France, la figure d’Aleksei Navalny, la montée de l’homophobie et du nationalisme ainsi que l’importance des réseaux sociaux en Russie.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. gérard dit :

    L’opposition est mise à mal depuis Poutine, à cause du parti « Russie Unie » et la marginalisation des partis libéraux démocrates ???!!! Par Poutine ou par les électeurs ?? Le 1er parti d’opposition et le PC avec 19% et 12.5 millions de suffrages puis viens « Russie Juste »(socialiste) avec 8 millions de suffrages devant le parti libéral démocrate de Jirinovski, ultra nationaliste qui a eu 11,6% et 7,6 millions de voix et enfin, enfin « Yabloko », le parti libéral adoré en Occident a eu moins de 4% des voix donc aucun député à la Douma d’Etat (Assemblée Nationale)!!! « Russie Unie »de Poutine obtient 32 millions de suffrages!! Résultats des élections législatives de 2011. Tout le reste n’est que blabla et propagande à deux sous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *