En ligne: Festival d’Avignon / Rencontres, recherche et création – 8 et 9 juillet 2016

affiche-avignon-2016
anr_10_ans

 

L’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et le Festival d’Avignon ont organisé, les 8 et 9 juillet derniers, la 3ème édition des « Rencontres Recherche et Création », sous le haut patronage du Commissariat général à l’Investissement, du ministère de l’Education national, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, du ministère de la Culture et de la Communication et du Secrétariat d’État en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Dès sa naissance, le Festival d’Avignon a été un lieu de réflexion et de pensée. La création, la culture, les langues, le fonctionnement de l’esprit humain, sont au cœur de nombreux travaux de recherche soutenus par l’ANR.

L’organisation de ces rencontres dans le cadre des 10 ans de l’ANR et des Ateliers de la pensée du Festival d’Avignon a été l’occasion de réaffirmer le lien entre la recherche scientifique, la création, les publics et la société.

Historiens, philosophes, anthropologues, sociologues, linguistes, spécialistes d’études théâtrales et littéraires, de science politique, de sciences cognitives et de neurosciences, ont dialogué avec des artistes du Festival et ont exploré le processus de création et de réception des œuvres. Il s’agissait de confronter ainsi les différents courants de la recherche internationale aux approches et aux préoccupations des acteurs culturels, sociaux ou économiques.


4 grands thèmes abordés

  • Croyances, adhésion et conscience

Conscience du monde, de nous-même ou d’autrui et expérience subjec ve sont des caractéris ques essen elles de l’être humain. Mais les cultures humaines, qu’elles soient religieuses ou profanes, sont aussi caractérisées par l’importance des croyances. Comment l’exercice de la conscience et les comportements s’ar culent-ils avec les croyances ?

– Anne-Cécile Vandalem, metteur en scène (Belgique)
– Massimo Leone, professeur de philosophie, Université de Turin
– Nafees Hamid, psychologue, University College London et Scott Atran, anthropologue, directeur de recherche CNRS, professeur adjoint de psychologie et d’anthropologie, Université de Michigan
– Michèle Bokobza Kahan, professeur de li érature française, Université de Tel-Aviv

  • Passions, violences et pouvoir – Normes et transgressions

Motifs récurrents de la tragédie grecque, comme de nombreuses formes théâtrales ou li éraires, les gures du monstre et la vengeance sans n sont au cœur de la représenta on des violences collec ves. Entre respect des normes d’une société ou d’un groupe et leurs transgressions c’est la civilisa on qui est, dès lors, interrogée.

– Didier Sandre, comédien de la Comédie Française
– Ismaêl Moya, chargé de recherche CNRS en ethnologie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
– Wes Williams, professeur de littérature de la renaissance et moderne, Université d’Oxford
– Richard Rechtman, psychiatre ethnologue, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), directeur du labex Tepsis
– Fiona Macintosh, professeure, chaire de récep on des classiques, Université d’Oxford, directeur de Archive of Performances of Greek and Roman Drama 

  • Imaginer l’autre

La capacité des individus à comprendre l’état subjec f des autres est essen elle pour éprouver de l’empathie et pour appréhender les rela ons complexes entre les personnes et les groupes sociaux. Il s’agit d’imaginer l’autre dans ce que nous avons de semblable et de di érent. Passer par la c on perme rait-il de mieux percevoir l’autre, de réduire son étrangeté ?

– Cornelia Rainer, metteur en scène (Autriche)
– François Dubet, sociologue, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), professeur des universités émérite, Université de Bordeaux
– Dominic Thomas, professeur de français et d’études francophones, Université de Californie – Los Angeles
– Katherine Ibbe , maître de conférences en lettres françaises et littérature comparée, University College London
– Tatjana Nazir, directrice de recherche au CNRS et directrice de l’Institut des sciences cognitives – Marc Jeannerod, CNRS- Université Lyon 1
– Emanuele Castano, professeur et directeur du département de psychologie, New School for Social Research, New York

  • Réinventer le réel : politique, imaginaire, utopie

La vraisemblance d’une œuvre de fiction est liée soit à ses relations avec la réalité matérielle ou historique soit à la vérité des passions qu’éprouvent les personnages ou des normes et idéaux qui les guident. En cela, la fiction est un exercice pour envisager d’autres mondes possibles. Interpréter le monde social de façon alternative est aussi le moteur de l’engagement des individus dans l’action collective.

– Maëlle Poesy, metteur en scène (France), Kevin Keiss, auteur et dramaturge (France) et de Omar Abusaada, me eur en scène (Syrie)
– Thomas Pavel, professeur de littérature française et comparée, Université de Chicago
– Pierre Singaravélou, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre de l’Institut Universitaire de France et Quentin – Deluermoz, maître de conférences, Université de Paris 13, membre de l’Ins tut Universitaire de France
– Nadège Ragaru, historienne et politiste, Centre de Recherche Interna onales, Sciences Po Paris
– Haim Burstin, professeur d’histoire moderne, Université de Milan-Biccoca
– Fréderic Sawicki, professeur de science politique, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Plus d’informations sur son site web


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *