Soutenance de thèse de Ioana Andreescu, le 2 septembre 2016 à l’EHESS-Raspail

Robinson-Andreescu

 

Ioana Andreescu, bénéficiaire d’une aide à la mobilité Tepsis

soutiendra sa thèse le 2 septembre 2016, 14 h au 105 Boulevard Raspail, (75006, salle 8)

Lieu de savoir-Lieu de pouvoir. Le laboratoire de l’île et les métamorphoses de Robinson dans la littérature d’après-guerre

 

Sous la codirection de Mme Annick Louis (Maître de Conférence HDR, Université de Reims/Crimel-CRAL) et M. Jean-Louis Fabiani (Directeur de recherche, EHESS)

Membres du jury :

Emmanuel Bouju (Université Rennes 2)
Jean-Christophe Marcel (Université de Paris IV – Sorbonne)
Pierre Lassave (Centre national de la recherche scientifique)
Étienne Anheim (École des Hautes Etudes en Sciences Sociales)

Présentation de la thèse

Dans la littérature européenne insulaire de l’après-guerre, notamment dans les réécritures deRobinson Crusoé, l’île crée les conditions d’un laboratoire en sciences sociales. Elle révèle ainsi un topos au croisement de l’imaginaire et de la géographie, qui interroge des enjeux socio-politiques constitutifs de la société d’après-guerre.
Cette recherche porte sur la littérature îlienne parue entre 1954 et 1982 en Europe occidentale, avec des œuvres telles que L’Île de Aldous Huxley (1962), Vendredi, ou la Vie Sauvage de Michel Tournier (1971) ou encore Un homme obscur de Marguerite Yourcenar (1982). Dans un mélange inédit de fiction et de mémoire collective, les romans d’île d’après-guerre sont porteurs des fonctions esthétiques, cognitives et mentales. Ces œuvres sont traversées par les préoccupations qui accompagnent, au sortir de la guerre, les changements de perception de la nation, du temps social, de la maîtrise de l’espace, de l’identité telle que perçue dans l’imaginaire européen. Dans les récits, les personnages principaux y sont tous marqués par une rupture intérieure : leurs idées, leurs principes de vie, la civilisation même sont redéfinis, sinon radicalement transformés. Le plus souvent, la littérature îlienne d’après-guerre révèle une évidente inscription historique, articulant des enjeux socio-politiques d’un nouveau régime d’historicité, ainsi qu’une dimension imaginaire qui révèle un désir d’évasion et une projection d’un ailleurs rêvé.

 

Plus d’information sur la thèse de Ioana Andreescu


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *