Du 13 novembre au 7 décembre, exposition photo et vidéo d’Eliane de Latour : Go de nuit – Abidjan les Belles Retrouvées

« Derrière la prostitution de ghetto, arrimée à la violence, se nichent des jeunes filles en hésitation, en imprudence, en mystère, en attente. Une photo qui nous rattache par le beau plutôt qu’une photo de la souffrance en spectacle. » Éliane de Latour

Go de nuit

Des go (jeunes filles) se vendent dans des ghettos à Abidjan aux prix les moins élevés du marché : 1,50 euros la passe. Elles entrent dans la prostitution à l’âge de 10-15 ans à la recherche d’une liberté hors des contraintes familiales. Analphabètes, en majorité musulmanes, elles souffrent avant tout de l’opprobre social auquel elles répondent par la violence, la provocation, les lames de rasoir. En transgressant les valeurs collectives, elles font peur, devenant des parias loin de tout, même des territoires de la prostitution professionnelle. La photographie a été la pierre angulaire qui a permis à Éliane de Latour de créer des liens avec elles. Alors qu’elles se pensaient la lie de l’humanité, les go se sont trouvées belles et réhabilitées dans les premiers portraits que l’anthropologue, réalisatrice et photographe a réalisés de 2009 à 2011 et que nous avions exposés en novembre 2011 sous le titre : Go de nuit : Abidjan, les Belles oubliées. Grâce à cette exposition, Éliane de Latour a récolté une aide financière qu’elle avait promis de leur apporter sous forme de projets.Trois ans et une guerre civile plus tard, Éliane de Latour retourne à Abidjan. Dans cette nouvelle exposition, Éliane de Latour «les regarde là où on ne les attend pas, au plus profond du partage de nos subjectivités. Une photographie qui nous rattache par le beau plutôt qu’une photographie de la souffrance en spectacle.»

13 novembre > 7 décembre
du mardi au samedi 14h > 20h
le dimanche > 14h > 19h
nocturne jeudi 13 > 14h > 22h
fermée le lundi
entrée libre

VISITES GUIDÉES
avec Éliane de Latour
samedi 15 novembre > 14h30 jeudi 20 novembre > 19h
entrée libre, réservation conseillée

Parrainage

Vernissage de l’exposition mercredi 12 novembre 2014 à 19h

Maison des métallos
94 rue Jean-Pierre Timbaud
Paris 11e
Métro : Couronnes et Parmentier
Bus  96
01 47 00 25 20
maisondesmetallos.org

 

FOCUS FEMMES ET VIOLENCES

 

RENCONTRES-DÉBATS

Femmes victimes de violences dans la sphère publique

AP-ViolencesFemmes jpeg
Véronique Nahoum-Grappe appelle « la nuit du social » cette nuit qui tombe sur les femmes violées comme sur celles qui vendent leur sexe à tous. Alors que les hommes cèdent à leurs « pulsions irrépressibles et licites » (Françoise Héritier), ce sont les femmes qui subissent la honte, la souillure et le déshonneur qui s’étendent aux leurs.

Mardi 25 novembre à 19h (pour voir l’exposition prévoir de venir un peu plus tôt)
Avec Éliane de Latour, Véronique Nahoum-Grappe (anthropologue – Centre Edgar Morin, EHESS) et Catherine Deschamps (co-auteur avec Christophe Broqua de L’Échange économico-sexuel – Ed. EHESS, à paraître).
Débat modéré par Françoise Héritier, anthropologue, professeure honoraire au Collège de France.
Conférence du cycle Les Agendas du Politique, organisée par le LabEx TEPSIS et les Éditions de l’EHESS.

Femmes auteures de violence
En s’appuyant sur les recherches de coline Cardi et Geneviève Pruvost sur la violence des femmes qui reste encore largement impensée ou occultée dans nos sociétés, nous essaierons de sortir des discours victimaires sur les auteures d’infractions physiques ou verbales. Cette réflexion, qui s’étend aux images d’Éliane de Latour, enrichira l’exposition plutôt centrée sur leur réhabilitation.

Mercredi 26 novembre à 19h
Avec Caroline Cardi (sociologue, maîtresse de conférence à l’université Paris-VIII) et Fanny Bugnon (co-auteure du livre Penser la violence des femmes – ED. La Découverte). Débat modéré par Éliane de Latour.
Entrée libre, réservation conseillée.

SPECTACLES

THÉÂTRE Igishanga- Jean Hatzfeld / Isabelle Lafon
La comédienne et metteure en scène Isabelle Lafon reprend pour le 20e anniversaire du génocide rwandais son adaptation du livre de Jean Hatzfeld Dans le nu de la vie – Récits des marais rwandais. Elle incarne de façon magistrale les témoignages de deux jeunes femmes.
18 > 23 novembre / durée 1h05
tarifs de 5 à 14 euros / tous publics à partir de 15 ans

DANSE These shoes are made for walking – Nancy Naous
La chorégraphe libanaise Nancy Naous explore la résonance des violences dans notre corps à partir des événements du Printemps arabe.
28 > 30 novembre / durée 50 min
tarifs de 5 à 14 euros / tous publics à partir de 13 ans

THÉÂTRE La petite soldate américaine – Jean-Michel Rabeux
« C’est l’histoire d’une petite soldate américaine qui chante très bien les belles chansons américaines. Mais un jour, hop, elle perd sa voix. Elle part à la guerre, et hop, elle la retrouve. Mais à trop vouloir chanter, elle est punie par ses victimes, elle est même punie par ses chefs qui la condamnent à mort. Alors elle chante. Hop.» Jean-Michel Rabeux
2 > 7 décembre / durée 55 min
tarifs de 5 à 14 euros / tous publics à partir de 13 ans

THÉÂTRE À mon âge, je me cache encore pour fumer – Rayhana / Fabian Chappuis
Cette tragi-comédie de Rayhana mise en scène par Fabian Chappuis rassemble 9 femmes d’âges et de conditions diverses dans un hammam à Alger pendant les années noires. Neuf destins entre rébellion, rêve ou soumission, où le combat contre l’oppression et la violence se panse entre fous rires et pleurs.
9 > 21 décembre / durée 1h55
tarifs de 5 à 14 euros / tous publics à partir de 15 ans

 

Partenariat


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *